Comment quitter son emploi après un burn-out ?

Ecrit par Paul Dugué

Mis à jour le

Recevez mes +20 outils de blogging gratuits

En indiquant votre adresse mail, vous acceptez que je vous recontacte par mail et que je vous adresse des offres personnalisées. Désinscription en 1 clic, conformément à mPolitique de Confidentialité

Vous vous demandez peut-être comment quitter votre emploi après un burn-out sans compromettre votre avenir professionnel ?

Heureusement, il existe plusieurs stratégies pour gérer cette transition, allant de la négociation d’une rupture conventionnelle à la recherche d’une reconversion professionnelle.

Bonus : pour vous accompagner tout au long de votre projet professionnel, j’ai préparé un pack « réorientation professionnelle ». Il comprend des tests à faire, des guides à télécharger, des liens utiles, etc. 

Cliquez ici pour le télécharger

J’ai accompagné de nombreuses personnes qui n’en pouvaient plus de leur travail actuel vers de nouvelles voies professionnelles – notamment le blogging. C’est le cas par exemple de Priscilla dont voici la vidéo :

Comprendre ses droits et options

Non, vous n’êtes pas coincé(e) en cas de burn-out. De nombreuses solutions s’offrent à vous !

Connaître ses droits en cas de burn-out

Que faire en cas de burn out ?

Dans le cadre d’un burn-out, il est essentiel de bien comprendre vos droits en tant que salarié. Selon le Code du travail, plusieurs options s’offrent à vous pour protéger votre santé et votre position professionnelle.

1️⃣ Premièrement, vous avez le droit de demander un arrêt maladie si votre médecin traitant ou le médecin conseil de la Sécurité sociale juge que votre état de santé justifie une cessation temporaire de votre activité professionnelle. Cet arrêt peut déboucher sur une reconnaissance de maladie professionnelle si le lien entre votre burn-out et vos conditions de travail est établi, après évaluation par un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles.

La visite médicale de reprise, organisée par la médecine du travail, est cruciale : elle a lieu après un arrêt de travail prolongé et peut conduire à un avis d’inaptitude. Cet avis, s’il est prononcé, engage l’employeur à rechercher des possibilités de reclassement au sein de l’entreprise ou, à défaut, à initier une procédure de licenciement pour inaptitude, avec le versement des indemnités légales correspondantes.

2️⃣ Il est également possible de rompre le contrat de travail de manière consensuelle via la rupture conventionnelle, permettant de négocier une indemnité compensatrice en plus de l’indemnité légale de licenciement, sous réserve d’un commun accord entre les parties. En connaissant ces options, vous êtes mieux armé pour défendre vos droits et prendre les décisions les plus adaptées à votre situation.

La durée moyenne d’un arrêt de travail pour burn-out

Arrêt de travail pour burn out

La durée d’un arrêt de travail pour burn-out varie considérablement selon l’intensité des symptômes et les recommandations du médecin traitant. Généralement, il n’existe pas de durée fixe, car chaque cas est unique et dépend des circonstances spécifiques du travailleur concerné.

En moyenne, un arrêt initial peut durer de quelques semaines à plusieurs mois. Cet arrêt permet au salarié de se reposer et de suivre un traitement adapté, souvent accompagné par une prise en charge psychologique. Il est important de noter que le médecin peut prescrire un arrêt de travail prolongé si les symptômes persistent ou si la situation au travail qui a contribué au burn-out n’a pas été modifiée.

Selon la législation en vigueur et les règles de la Sécurité sociale, l’extension de l’arrêt maladie peut être justifiée par des visites médicales régulières. Le médecin conseil de la caisse primaire d’assurance maladie peut également intervenir pour évaluer la nécessité de prolonger la durée de l’arrêt.

Il est crucial pour le salarié de communiquer ouvertement avec son employeur et la médecine du travail afin d’assurer une reprise du travail adaptée, qui peut inclure des aménagements spécifiques du poste de travail ou des horaires, contribuant ainsi à une meilleure gestion du retour et à la prévention d’une rechute.

Stratégies de sortie de l’emploi

Les trois stratégies les plus fréquemment utilisées pour quitter son emploi après un burn-out sont la démission, la rupture conventionnelle et le licenciement pour inaptitude.

Quitter son emploi après un burn out

La démission en cas de burn-out

La démission en cas de burn-out est une décision grave et doit être considérée comme une option de dernier recours. Avant de prendre cette mesure, il est conseillé de consulter à la fois un professionnel de la santé et un conseiller en droit du travail pour évaluer toutes les alternatives disponibles et les implications légales.

Si vous envisagez de démissionner en raison d’un burn-out, sachez que la démission classique ne donne généralement pas droit aux allocations chômage, sauf si elle est reconnue comme étant pour une « cause réelle et sérieuse » par Pôle emploi. Cela implique que le salarié doit démontrer que les conditions de travail ont gravement affecté sa santé mentale et que l’employeur n’a pas pris les mesures nécessaires pour remédier à la situation, malgré une alerte formelle.

Il est essentiel de documenter tous les échanges avec votre employeur concernant votre état de santé et les demandes de modifications de vos conditions de travail, ainsi que tous les avis médicaux et recommandations de la médecine du travail. Cette documentation sera cruciale si vous devez justifier votre démission devant Pôle emploi ou lors d’un éventuel litige.

Penser également à vérifier votre convention collective, qui peut offrir des dispositions spécifiques pour les situations de burn-out, améliorant ainsi vos droits en cas de démission.

La négociation d’une rupture conventionnelle

La négociation d’une rupture conventionnelle offre une alternative à la démission pour les salariés en situation de burn-out souhaitant quitter leur emploi de manière amiable. Ce mode de séparation permet de convenir d’un commun accord avec l’employeur des termes de la cessation du contrat de travail, y compris le versement d’une indemnité de rupture souvent supérieure à l’indemnité légale de licenciement.

Pour entamer ce processus, il est recommandé de préparer soigneusement votre demande, en articulant clairement les raisons pour lesquelles une rupture conventionnelle serait bénéfique pour vous et votre employeur. Il est essentiel d’aborder les négociations de manière professionnelle, en présentant des arguments solides et en restant ouvert à la discussion.

Documentez toutes les interactions avec votre employeur et les réponses à votre situation de santé, comme prévu par le code du travail. La négociation peut impliquer plusieurs rencontres où les conditions de la rupture seront discutées, notamment la date de départ et le montant de l’indemnité.

Il est judicieux de se faire accompagner par un conseiller juridique ou un représentant syndical pour s’assurer que vos droits sont pleinement respectés et que l’accord final est équitable. Une fois la convention signée, elle doit être validée par la Direccte pour garantir sa légalité avant la résiliation officielle du contrat de travail.

Le licenciement pour inaptitude

Le licenciement pour inaptitude est envisagé lorsque, suite à un burn-out ou à d’autres troubles de santé liés au travail, un salarié est déclaré inapte à son poste par le médecin du travail. Cette démarche doit être précédée de plusieurs étapes clés respectant les droits du travailleur et la réglementation en vigueur.

Tout commence par une ou plusieurs visites médicales de reprise, organisées après un arrêt maladie prolongé, où le médecin du travail évalue l’aptitude du salarié à reprendre son activité professionnelle. Si le médecin juge que le salarié ne peut plus exercer ses fonctions de manière sûre et efficace, même avec des aménagements possibles du poste, il peut émettre un avis d’inaptitude.

L’employeur est alors tenu de chercher à reclasser le salarié à un autre poste adapté à ses capacités restantes. Si aucun reclassement n’est possible, ou si le salarié refuse les postes proposés, l’employeur peut procéder à un licenciement pour inaptitude. Ce licenciement doit être justifié par l’impossibilité de reclassement et doit suivre une procédure spécifique, incluant la notification écrite des raisons du licenciement et le respect du préavis, sauf dispense.

Le salarié licencié pour inaptitude a droit à une indemnité de licenciement, souvent majorée en cas de maladie professionnelle reconnue, et peut prétendre aux allocations chômage si les conditions générales de l’assurance chômage sont remplies.

Reconversions et transitions professionnelles

Envisager une reconversion professionnelle après un burn-out est une démarche de plus en plus courante, surtout pour ceux qui recherchent un changement significatif dans leur vie professionnelle. Parmi les options de reconversion, l’entrepreneuriat web et le blogging se démarquent comme des choix populaires et souvent très réussis pour trouver sa voie professionnelle.

L’entrepreneuriat web offre une flexibilité sans précédent en termes de gestion du temps et de contrôle sur les projets. De même, le blogging permet non seulement de partager des connaissances ou des passions, mais aussi de construire une communauté et de générer des revenus à travers divers canaux comme la publicité, les partenariats, et la vente de produits ou services.

Pour les personnes sortant d’un burn-out, ces activités peuvent offrir un équilibre travail-vie personnelle plus sain et une pression réduite par rapport aux environnements de travail traditionnels. De plus, elles permettent souvent de vivre de sa passion.

C’est le cas par exemple de Corinne, que j’accompagne dans la création d’un blog sur la photographie car elle ne voulait plus être professeur des écoles.

Dans mon expérience d’accompagnement, nombreuses sont les personnes qui, après un burn-out, ont trouvé dans l’entrepreneuriat web et le blogging non seulement une nouvelle carrière mais aussi une source de motivation et de satisfaction personnelles. Le processus de création de contenu, de gestion d’un site web et d’interaction avec une audience peut être thérapeutique et extrêmement gratifiant.

Pour réussir dans ces nouvelles voies, il est crucial de bien planifier et de se former adéquatement. Le Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) offre des services d’accompagnement personnalisé gratuits qui aident à évaluer les compétences existantes, à identifier les besoins de formation et à élaborer un plan de reconversion structuré. De plus, des dispositifs comme le Projet de Transition Professionnelle (PTP) peuvent financer les formations nécessaires pour obtenir des certifications reconnues, augmentant ainsi vos chances de succès dans votre nouveau domaine.

Il est également important de se rappeler que changer de carrière n’est pas une décision à prendre à la légère. Il est recommandé de procéder par étapes, en commençant par des activités à temps partiel ou des projets freelance, pour graduellement augmenter votre engagement à mesure que vous vous sentez plus à l’aise et plus confiant dans votre nouvelle orientation professionnelle.

Récapitulatif : burn out quitter son emploi

Quitter son emploi après un burn-out nécessite une réflexion approfondie et une bonne connaissance de vos droits et options.

Que vous optiez pour une rupture conventionnelle, un licenciement pour inaptitude, ou une reconversion professionnelle dans des domaines comme l’entrepreneuriat web et le blogging, il est essentiel de prendre des décisions éclairées.

Assurez-vous de consulter des professionnels pour bien naviguer ces transitions et protéger votre bien-être.

Envisager ces étapes peut non seulement sécuriser votre avenir professionnel mais également contribuer à une meilleure santé mentale et un équilibre de vie satisfaisant.

Et n’oubliez pas de télécharger le pack gratuit avec tout un tas d’outils pour trouver sa voie professionnelle : 

  • Des tests à réaliser ;
  • De nombreux guides pratiques à télécharger ;
  • Des accès gratuits à certaines formations ;
  • Des liens utiles ;
  • Etc.
Vous pouvez le télécharger gratuitement juste ici

FAQ : quitter son emploi suite à un burn-out

Puis-je démissionner si je souffre de burn-out ?

Oui, vous pouvez démissionner si vous souffrez de burn-out, mais il est recommandé d’explorer d’autres options qui pourraient offrir des avantages financiers, comme la rupture conventionnelle ou le licenciement pour inaptitude. La démission peut également être justifiée comme légitime pour cause de santé, permettant l’accès aux allocations chômage sous certaines conditions.

Quelle est la durée moyenne d’un arrêt de travail pour burn-out ?

La durée d’un arrêt de travail pour burn-out varie selon la gravité de la situation et les conseils du médecin traitant. Cela peut aller de quelques semaines à plusieurs mois, en fonction de la nécessité de récupération et de réadaptation à l’environnement professionnel.

Comment demander une rupture conventionnelle en cas de burn-out ?

Pour demander une rupture conventionnelle, abordez le sujet avec votre employeur de manière formelle, en exprimant clairement comment le burn-out affecte votre capacité à travailler. Il est conseillé de documenter votre état de santé et de consulter un avocat pour s’assurer que le processus est conforme aux réglementations et protège vos intérêts.

Ai-je droit à des indemnités si je suis licencié pour inaptitude due à un burn-out ?

Oui, si vous êtes licencié pour inaptitude suite à un burn-out, vous avez droit à une indemnité légale de licenciement. Si le burn-out est reconnu comme maladie professionnelle, les indemnités peuvent être majorées, offrant un soutien financier supplémentaire.

Quels sont mes droits en cas de burn-out ?

En cas de burn-out, vous avez droit à un arrêt maladie, à des mesures de reclassement ou à un licenciement pour inaptitude si nécessaire. Vous pouvez également négocier une rupture conventionnelle. Il est crucial de consulter la médecine du travail et un conseiller juridique pour explorer toutes vos options et droits.

Photo of author
Article écrit par
Hello ! Sur Business Bacon, je vous donne de nombreux articles qui vont vous permettre d’apprendre le blogging. Ici, pas de blabla trop technique. Je suis juste un gars comme vous qui a 2-3 ans d’avance sur votre chemin à parcourir. Je n’ai pas le syndrome de l’expert qui oublie où sont les réelles difficultés au début.
Paul Dugué

Pas le temps de tout lire ? Vous pouvez recevoir une version PDF de cet article si besoin.